GAIA

GAIA Vous êtes ici : Accueil  /  Observation / Services d'Observation / Astronomie & Astrophysique / GAIA

La mission Gaia de l’Agence spatiale européenne est l’un des grands projets de l’astrophysique des deux prochaines décennies. Lancé en décembre 2013 le satellite observe systématiquement tout le ciel pour cartographier les objets célestes avec une précision inégalée.

Objectifs

Gaia mesure la position en 3D, la vitesse et les propriétés physiques de 1.7 milliard d’étoiles de notre Galaxie permettant une étude détaillée de sa structure, de sa cinématique, de son origine et de son évolution. Gaia recense et mesure également de plus de 600 000 quasars, près d’un million de galaxies proches, ainsi que des dizaines de milliers d’objets inconnus à ce jour : planètes naines et astéroïdes du système solaire, étoiles naines brunes et blanches, exoplanètes, supernovae. Gaia apporte une contribution majeure à la détermination de l’échelle des distances extragalactiques ainsi qu’à la physique fondamentale.

Identité
  • Gaia à l’ESA : https://www.cosmos.esa.int/web/gaia/home
  • Gaia-France : https://gaia.obspm.fr/
  • Coordination : David Katz, GEPI, Observatoire de Paris, david.katz [at] obspm.fr
  • Contact Local : Caroline Soubiran, caroline.soubiran [at ] u-bordeaux.fr
Données

Les données de Gaia se présentent sous la forme d’un catalogue public qui comporte les paramètres astrométriques, photométriques et les propriétés physique de chaque objet recensé, ainsi que les données spectrométriques pour les étoiles les plus brillantes. Le catalogue peut-être interrogé sur un site dédié https://gea.esac.esa.int/archive/ ainsi que par l’interface VizieR du CDS. La deuxième version du catalogue Gaia (DR2) a été publiée en avril 2018. La DR3 est attendue pour début 2021.

Implication OASU

Les tâches liées au service d’observation ANO4-Gaia, et dans lesquelles l’OASU est impliqué, concernent l’acquisition des données auxiliaires pour la spectrométrie de Gaia, la coordination de toutes les opérations de suivi au sol pour l’acquisition des données auxiliaires et la caractérisation morphologique des objets extragalactiques. L’OASU contribue aussi à la validation des versions successives du catalogue avant leur publication.

Les tâches liées au service d’observation ANO1-Gaia concernent l’établissement du système de référence optique Gaia. Il s’agit à Bordeaux (1) de l’acquisition et de l’analyse de données VLBI des radiosources les plus adéquates pour aligner repère Gaia et le repère radio ICRF (International Celestial Reference Frame) (2) de détecter autour des quasars les galaxies hôtes potentiellement perturbatrices et non adaptées pour établir le repère Gaia, (3) d’identifier des quasars susceptibles de subir un effet de lentilles gravitationnelles.

Collaborations

Le service d’observation Gaia s’inscrit dans le cadre du consortium DPAC (Data Processing Analysis Consortium) chargé de développer la chaîne de traitement des données et de produire les catalogues de Gaia. Le DPAC est composé de 450 chercheurs et ingénieurs dans plus de 100 laboratoires ou organismes dans 23 pays. La France est le plus gros contributeur du DPAC avec une centaine de scientifiques dans 7 OSUs et un centre de calcul au CNES à Toulouse.